Sélectionner une page
Ces noms de poulains qu’on ne veut plus entendre en 2018

Ces noms de poulains qu’on ne veut plus entendre en 2018

En 2018, c’est l’année de la lettre “i”, et les éleveurs vont à nouveau devoir se creuser la tête pour trouver des noms de poulains sympas. Comme la plupart des poulains naissent au printemps, on vous prépare dès ce mois de janvier une petite liste des pires noms de chevaux, pour éviter le mauvais goût. Pensons aux futurs propriétaires qui prononceront avec fierté le nom de vos poulains !

 

Les noms de poulains qu’on a trop entendus

élevage de poulains

Source: Pixabay

Chez les chevaux, les chiens, les chats et les lapins, il y a toujours ces noms inévitables et prévisibles. Vous n’en avez pas marre, de ces éternels lapins qui s’appellent Pan-Pan ? Dans les centres équestres c’est pareil, on a forcément tous connu un cheval qui s’appelait Image. Nous chez Dadamag, on les trouve chouettes ces noms, mais on est un peu lassés. Comme diraient les Inconnus, “ça suffa comme çi” ! On veut du frais, du neuf, de l’originalité ! Alors voilà les noms qu’il faut jeter aux oubliettes: Image, Inès, Indien/Indienne, Indiana, Idylle…

 

 

 

Les niaiseries en anglais

nom de cheval

Source: Pixabay

Les noms en anglais (ou dans une autre langue étrangère), ça peut être vachement classe. En revanche, il y en a d’autres qui sont un peu prévisibles (comme ceux du dessus) ou complètement vides. Du coup, ça devient carrément nunuche. Ces noms là, ils filent vraiment la honte aux propriétaires, qui ont des sueurs froides au moment où on leur demande comment s’appelle leur cheval. Alors, si on veut les aider, on évite les noms de poulains du genre: Iloveyou, It’s me, Iam, Imissyou, Ibelieveicanfly…

 

Les mots déformés

cheval énervé

Source: Pixabay

Alors là, c’est un gros non, on met notre véto. On a déjà vu le carnage que ça a donné lors de l’année des “q”. Rappelez-vous de tous ces attentats à la langue française et à l’acuité visuelle, quand Kinder est devenu Qinder et quand Cacao a été changé pour Quacao ! Entre Quaramel, Quaprice ou encore Qing, la liste des victimes est longue… A la rigueur, pour la lettre Q on peut comprendre, mais pour I, pas d’excuse, les vocabulaires français et étrangers sont suffisamment riches ! Donc on zappe Istoire, Irondelle, Ipothèse, Ippie, Iver…

 

Les noms de marques

cheval choqué

Source: Pixabay

C’est pareil que les noms en anglais, on peut en entendre des très sympa et très originaux. Genre “Ibanez”, ça sonne bien et c’est une marque de guitares trop cool (d’ailleurs, un nom de guitares qui “sonne bien”, c’est parfait hein) ! Après, il faut savoir distinguer ces noms de marques qui ont la classe quand ils désignent justement la marque en question, mais qui deviennent franchement ridicules quand ils baptisent nos chevaux. Surtout si le nom du cheval a une particule trop classe derrière, genre “de la Chapelle”. “IPhone de la Chapelle”, comment vous dire, on est pas super fan. Laissons donc tomber les noms de poulains du type IPhone, IPad (et tous les autres trucs d’Apple qui commencent par un i), Itélé, Instagram, Intermarché…

 

Les noms d’oiseaux

noms de poulains

Source: Pixabay

Traiter son cheval de nounouille ou d’abruti, ça peut arriver, pour rire ou par colère. Mais le nommer comme ça tout le temps, c’est carrément cruel. Imaginez deux secondes en concours: “nous donnons le départ à Roland Culé qui nous présente Imbécile du Château” ! Non, là, c’est la honte, c’est pas possible. D’accord, les chevaux ne comprennent pas ce que ça veut dire, mais c’est pas une raison pour que tout le monde se foute de leur gueule en entendant leurs noms ! Soyons gentils et gardons nos insultes pour les fois où nos chevaux auront marché sur notre téléphone ou fait caca dans notre bombe: Idiot, Ignare, Intrus, Incapable, Infâme, Ivrogne…

 

Ah, ces noms là, c’est pas un cadeau pour les chevaux ! On y a droit chaque année avec chaque lettre, et c’est bien un truc que vos chevaux détestent. Oui, oui, s’ils pouvaient parler, ils vous le diraient ! Et vous, c’est quoi les pires noms que vous avez entendus ? 

Source image de couverture: Pixabay 


 

Ces moments où les bottes en caoutchouc énervent les cavaliers

Ces moments où les bottes en caoutchouc énervent les cavaliers

Qui n’a pas commencé l’équitation avec des bottes en caoutchouc ? Pas chères, super faciles à nettoyer et ne demandant pas d’entretien, elles sont pratiques quand les parents ont peur que leur petit Kevin arrête l’équitation au bout de 2 mois pour se mettre au rugby. Elles permettent de commencer l’équitation avec un truc bien mieux que les bottes de pluie. Mais au bout d’un moment, on finit souvent par passer aux chaps ou aux bottes en cuir, parce que les bottes en caoutchouc c’est relou dans plein de cas…

 

  • C’est impossible à retirer

retirer bottes équitationQue celui qui n’a jamais perdu un bras en essayant de retirer des bottes en caoutchouc se lève ou se taise à jamais. On a tous connu ça, quand on ignorait l’existence du tire-bottes. Les pieds gonflent et les bottes se resserrent autour d’eux, et là, c’est le drame. Il faut réunir tout un régiment pour réussir à accomplir cette mission plus difficile que d’envoyer une fusée dans l’espace. Alors tout le monde forme une chaîne humaine et tire en même temps, et VLAN, ils sont tous projetés contre le mur d’en face avec la botte dans les mains (et un bout de jambe du cavalier). Allez, maintenant on enlève l’autre botte (et l’autre jambe). Certaines rumeurs racontent qu’il est déjà arrivé que tout le monde meure sur le coup.

  • Faut mettre des sacs plastiques dedans

bottes en caoutchoucÇa, c’est l’étape suivante. Quand on a compris que les bottes en caoutchouc, c’est impossible à enlever. Sans tire-bottes, il existe quand même une technique pour réussir à les enlever sans finir avec une carte d’invalidité. Dans ces cas-là, on enfile un sac plastique à chaque pied avant d’enfiler les bottes. Faut quand même qu’on vous prévienne: le caoutchouc ça fait bien transpirer, et le plastique aussi. Vous avez donc sacrément intérêt à mettre un petit coup de déo sur vos panards si vous voulez pas décoller le papier-peint quand vous allez enlever vos bottes.

Crédit photo: Esprit Equitation

 

  • On les perd quand on déchausse ses étriers

bottes en caoutchouc perduesC’est surtout vrai pour les enfants et les personnes plutôt minces. Les mollets des bottes en caoutchouc sont relativement larges. Difficile de croire qu’avec autant d’espace, ces bottes soient impossibles à enlever après l’équitation ! Et pourtant, pendant l’équitation, elles se font la malle dès qu’on déchausse les étriers. Les profs d’équitation le savent: s’ils font cours de mise en selle, ils passeront l’heure à ramasser les bottes, en plus des crottins et des cravaches.

 

  • Y’a que la pointure qui va

choisir taille bottesQuand on achète des bottes en cuir, on les choisit selon la pointure, la hauteur et l’épaisseur du mollet. Pareil pour les boots et chaps. Par contre, pour les bottes en caoutchouc, faut se démerder avec la pointure seulement. Du coup, ça va jamais. Si la pointure va, les bottes arriveront trop haut, ou trop bas, elles seront trop larges ou trop serrées. Pourquoi vous croyez que les magasins ne les présentent jamais portées sur leurs photos ? Parce que personne n’a jamais réussi à en trouver à sa taille ! D’ailleurs, si ça vous est déjà arrivé, contactez-nous, pour qu’on vous adresse une médaille !

 

  • On a l’air d’un débutant avec

C’est vrai que beaucoup de cavaliers débutants portent ces bottes-là. C’est vrai aussi que beaucoup de cavaliers expérimentés n’en portent pas, préférant investir dans des chaussants plus adaptés à leur morphologie. Donc c’est un fait, beaucoup de gens vont croire que vous êtes novice si vous en portez. A moins que les cavalières les plus stylées ne se mettent à en porter, pour l’instant ça reste connoté débutant. Mais ne vous inquiétez pas, c’est seulement à pied qu’on vous prendra pour un bleu. A cheval, c’est une autre histoire, et si on vous prend encore pour un débutant à ce moment là, vos bottes n’auront plus rien à voir là-dedans !

 

Ah, ces bottes, à la fois incontournables mais si rapidement remplaçables ! Et pourtant, on n’a jamais trouvé mieux pour commencer l’équitation, elles ne feront jamais partie de ces équipements d’équitation qu’on a tous oubliés. Elles sont tellement en place qu’elles ont même été une tendance de mode ! Rappelez-vous de toutes ces filles qui en portaient dans la rue par-dessus leurs jeans… Et vous alors, vous préférez monter en bottes ou monter en chaps


 

Ces différences entre cavalier de hunter et cavalier de CSO

Ces différences entre cavalier de hunter et cavalier de CSO

Le cavalier de hunter est un être méconnu et mystérieux. Sa discipline ne bénéficie malheureusement pas de la même reconnaissance que le CSO. Le hunter, qui tire son nom de la chasse à courre, est une épreuve à mi-chemin entre le saut d’obstacles et le dressage. Souvent boudée des cavaliers de CSO car “les obstacles sont tout petits”, cette discipline est assez différente du saut d’obstacles. Allez, enfilez tous votre tenue de compétition, on vous emmène en concours de hunter !

 

  • La reconnaissance du parcours

parcours cavalier de hunterDans les deux cas, l’objectif est le même: connaître l’ordre des obstacles et maîtriser les difficultés. On va regarder quels obstacles font le plus peur. Là où ça change:

– Le cavalier de CSO va chercher l’endroit où est placé le chronomètre, repérer les principales options et décider du nombre de foulées entre les combinaisons.

– Le cavalier de hunter se fout complètement du chronomètre et des options. D’ailleurs, pas de chronomètre en hunter, et le tracé est le même pour tout le monde. Et puis entre les combinaisons, il y un contrat de foulées à respecter. Si le jury veut 6 foulées entre le 2 et le 3, faudra se démerder pour en faire 6, avec son poney comme avec son paquebot.

Crédit photo: Cavaletic

 

  • La tenue du cavalier

tenue concours hunterMaintenant que vous connaissez votre parcours, il est temps d’aller vous changer ! Veste de concours, bombe, bottes ou chaps, là ça change pas. En revanche:

– Le cavalier de CSO a droit à tout ce qu’il veut. Tout ce qu’on lui demande, c’est de porter un pantalon blanc. Pour le reste, c’est freestyle. Veste rose et tapis du cheval bleu à paillettes ? Ca roule. Doudoune par-dessus la veste de concours ? A l’aise Blaise. Si quelqu’un veut l’enquiquiner avec son look, ça sera plutôt Cristina Cordula, mais pas le jury de CSO !

– Le cavalier de hunter, lui, a moins de choix. De son côté, le blanc est formellement interdit. Couleurs sombres et naturelles obligatoires: noir, marron, beige. Et il faut que ça soit assorti avec l’équipement du cheval. Sinon c’est la sanction. Bon, c’est sûr que c’est un peu moins marrant qu’en CSO, mais ça veut pas dire qu’on s’ennuie en hunter !

Crédit photo: Cavaletic

 

  • L’équipement du cheval

cheval de hunterAllez, on selle le cheval maintenant ! Attention à ne pas s’emmêler les pinceaux:

– Le cheval de CSO, c’est un peu comme le cavalier, il a droit à ce qu’il veut. Entre bonnet à pois, collier de chasse à strass et tapis avec un gros logo de marque, le cheval a le droit d’être un sapin de Noël, un panneau publicitaire ou un exemple de sobriété. C’est comme on veut !

– Le cheval de hunter doit être assorti à son cavalier. Faut déjà pas rater sa coiffure. Les pions sont obligatoires et vaut mieux être aussi balèze que Franck Provost. Le jury vous prendra aussi la tête si vous faites dépasser une lanière (étrivière ou pendant de muserolle). Quant au tapis, ça doit forcément être un tapis de hunter. Vous savez, ces tapis qui ont la forme de la selle ! Et non, ils ne font pas partie de ces équipements d’équitation qu’on a tous oubliés, on en a besoin de hunter ! Si vous en avez pas, le jury vous dira de ranger votre tapis coloré de CSO et vous irez sur votre parcours sans tapis. Oui, exactement, sans tapis.

Crédit photo: L’Eperon

 

  • Le parcours

concours de hunterBon, c’est l’heure de rentrer dans le vif du sujet. On se présente au jury, on prend le galop et on attend que la cloche sonne…

– Le cavalier de CSO va faire très attention au chronomètre, aux courbes, et à varier l’amplitude de son galop. Les obstacles sont tous différents, avec des couleurs vives. Pareil pour les soubassements. Le parcours doit être rapide et sans faute, mais le cavalier voudra quand même faire un beau truc, même si c’est pas exigé par le jury.

– Le cavalier de hunter doit obligatoirement faire un cercle avant de sauter le premier obstacle. Ensuite, il enchaînera tout son parcours en équilibre, avec un train de galop plus bas qu’en CSO. Tous les obstacles sont similaires et ils sont décorés avec plein de pots de fleurs. Les fleurs, c’est beau, ça rappelle au cavalier que son parcours doit l’être aussi. S’il est à faux ou désuni, il devra se remettre sur le bon pied, quitte à repasser par le trot, on s’en fout.

Crédit photo: L’Eperon

 

  • Le résultat espéré

faute hunterL’idée est la même pour nos deux cavaliers: avoir fait le meilleur parcours et être le mieux classé possible. Et là, ça se passe pas du tout de la même manière:

– Le cavalier de CSO cherche à réaliser 0 point. Aucune faute de parcours, pas de chute, pas de temps dépassé. Donc plus il a de points, et plus il descend dans les tréfonds du classement.

– Le cavalier de hunter cherche à réaliser 100 points. C’est comme en dressage, il obtient une note sur 100 points qui doit être la plus haute possible. Et les points, ça descend vite ! -10 points pour un refus, la même chose si on oublie le cercle avant et après le parcours. Jusqu’à -2 points pour un obstacle abordé à faux ou pour un bout de cuir qui pendouille. Si la position du cavalier est moche ou si le cheval se défend, encore des points en moins ! Bref, en hunter on peut pas tricher. En général, celui qui gagne, il a pas volé sa victoire.

Faut pas se tromper sur l’objectif ! Enfin bon, il y a quand même un point commun entre CSO et hunter: quand le cavalier se mange un résultat à 24 points, dans les deux cas, c’est nul !

 

 

Le hunter, c’est strict et compliqué, c’est sûr. Par contre, ça nous apprend à monter, et avec humilité. Et puis, franchement, qui ne serait pas hyper content de réussir à être classé en hunter ? Ca voudrait dire qu’on a réussi à être discret, fluide, efficace et harmonieux avec son cheval, la fierté quoi ! Ca donne tout de suite le sentiment d’être un vrai cavalier. Et puis bon, faire du hunter, ça change un peu !

Crédit image de couverture: Hunter facile 


 

Top 5 des équipements d’équitation qu’on a tous oubliés

Top 5 des équipements d’équitation qu’on a tous oubliés

Les équipements d’équitation, ça change souvent ! Entre progrès techniques et modes qui changent, il faut savoir être à la page. En plus d’une décennie, on a pu voir les cavaliers et les chevaux changer d’équipement à la vitesse de la lumière. C’est parti pour une séquence nostalgie, sortez tous vos vieilles photos !

 

  • 5. Les cloches à pétales

cloches équitationOn commence avec ce truc que personne ne regrette. Rappelez-vous de ces infâmes cloches qui vous ont pratiquement rendus sourds ! Vendues en kit à fabriquer soi-même, il fallait enfiler les pétales un par un autour d’une lanière en plastique à boucler. Hantise des profs d’équitation et des jurys de CSO, ces cloches se faisaient entendre à 100km. En faisant “flac flac flac” à chaque foulée, il arrivait parfois même que le cheval qui les portait en ait peur. Quand on pense que le cheval préfère toujours se faire discret en évitant au maximum de faire du bruit, là on le rend pas heureux. On est donc tous bien contents que l’un des pires équipements d’équitation ait été jeté aux oubliettes.

Crédit photo: Le Palais des Chevaux

 

  • 4. Les pantalons striés

Attention, on déterre une relique là ! Le pantalon strié, meilleur ami des cavaliers nés avant les années 2000 ! A l’époque, on faisait les choses simplement, on s’emmerdait pas avec tout un tas de machins bicolores à strass et paillettes. Pas de modèle ergonomique découpé dans des tissus de la NASA qui sait aussi faire la vaisselle et le sèche-linge. Avant, on montait dans des pantalons unis et striés, vous savez, ces petites lignes verticales en relief qui descendaient tout le long du pantalon ! Avec juste une poche et des scratch au niveau des chevilles, on était déjà hyper confort !

 

  • 3. Les mini-chaps à scratch

chaps à scratchDeuxième antiquité que les cavaliers de plus de 20 ans connaissent bien, les mini-chaps à scratch ! Ca aussi, c’était plus simple à l’époque. Une énorme bande velcro traversait verticalement toute la jambe. En haut du mollet, la chaps était simplement fermée avec une boucle. Il suffisait simplement de les serrer à notre convenance autour de notre jambe. Maintenant fermez les yeux, vous n’entendez que le son de ma voix. Vous portez ces chaps à scratch, vous vous apprêtez à les retirer. Vous saisissez la bande velcro autour de votre jambe, vous tirez, et SCRATCHHHH ! Hum, oui, vous êtes maintenant imprégnés de ce doux bruit de scratch de chaps qui s’enlève. Parce que monter en chaps, c’est mieux.

Crédit photo: Catago

 

  • 2. La bombe en velours

bombe d'équitation en veloursComment faire un top sur les équipements d’équitation sans parler DU truc incontournable chez tous les cavaliers ? La bombe en velours, c’était tout bête, tout simple encore une fois. A l’époque, on s’embêtait pas à acheter la dernière GPA trop stylée (elle aussi passée de mode). Sans parler de la dernière Samshield au prix du loyer d’un 3 pièces à Paris. On avait tous la même bombe, qu’on soit débutant ou cavalier pro.

Celle qui est en cours d’oubli: c’est la bombe en velours avec une attache trois points. Elle a une espèce de boule tout en haut de la tête et un nœud papillon à l’arrière ! Si elle est toujours vendue dans les magasins d’équipements d’équitation, elle est souvent remplacée par le casque. Casque de couleur réglable pour les enfants et casque aéré pour les autres sont les dignes héritiers de la bombe en velours qui commence à creuser sa tombe.

Celle qui sera bientôt exposée dans un musée tellement elle date: vieille comme le monde, elle a vu le big bang et la guerre des tranchées. Cette bombe tenait avec un simple élastique à mettre sous le cou. Si on avait de la chance, on avait même le droit à la mentonnière et à l’horrible boudin qui traversait la nuque de gauche à droite. Bref, elle ne nous manque pas.

 

  • 1. Le blouson de concours

veste de concoursOn finit notre top avec un cas d’école, le blouson de concours FFE. Il se hisse à la première place du classement parce que son succès a sûrement été le plus court de toute l’histoire des équipements d’équitation ! Star des terrains de concours pendant 2 ou 3 ans maximum, il a connu ses heures de gloire à la fin des années 2000. Court, informe et fermé par un zip devant, ce blouson est vite retourné dans les placards, avant de laisser la traditionnelle veste de concours faire son come-back. On a péniblement essayé de le vendre mais personne n’en voulait déjà plus. Alors on a au moins gardé les patchs velcro “FFE”, “France” ou “Allemagne” qui se collaient en haut du dos pour essayer d’en faire des porte-clés…

 

 

Alors, ça vous rappelle des souvenirs ? Plutôt la honte ou plutôt la fierté d’avoir commencé l’équitation il y a si longtemps ? En tous cas, il y a sûrement des choses que vous avez quand même gardées. Dans le placard comme dans la sellerie, on a toujours des trucs abandonnés qu’on garde quand même, n’est-ce pas ?

Crédit image de couveture: Getty Images


 

Ces différents cavaliers qu’on croise au paddock de dressage

Ces différents cavaliers qu’on croise au paddock de dressage

Après le paddock de CSO, parlons du paddock de dressage ! Les concours de dressage, c’est plein de règles à connaître, parfois difficiles à retenir, et ça commence à la détente ! Tout comme le paddock de CSO, le paddock de dressage est un lieu de rencontres qui peut vite tourner au carnage… On y retrouve souvent les mêmes cavaliers, pour le meilleur et pour le pire : 

 

  • Celui qui a plein d’enrênements

enrênement trop serréCelui-là, il n’a qu’une peur, c’est que son cheval ait la tronche en l’air ! On raccourcit ses rênes d’un coup et on serre son gogue à fond, et c’est parti pour une détente pas très détente… S’il avait pu mettre des rênes allemandes en plus du gogue, il l’aurait fait. Enfin, les éperons et le stick de dressage se joignent à la partie pour effectuer toutes les figures difficiles. On se demande toujours ce que ça va donner sur le carré, quand il devra lâcher son stick et desserrer son gogue….

Crédit photo: Cheval Partage

 

  • Celui qui ne connait pas sa reprise

GPS chevalC’est à croire qu’il la découvre pendant la détente ! Ce cavalier arrive sur le paddock de dressage avec une feuille à la main et lit sa reprise à voix haute. Il donne ensuite sa feuille à un camarade, qui va lui dicter la reprise pendant toute sa détente: “en B, tu repasses au pas, et puis en P tu repars au trot de travail !”. Puis il déroule une ou deux fois dans ces conditions, avant de proposer à son porte-parole de lui dicter sa reprise sur le carré. Bon, bah, en attendant le GPS à cheval, c’est -2 points !

Crédit photo: par Françoise Denoël, Université de Liège

 

  •  Celui qui a plein de protections

bandes de poloAlors lui, il arrive sur le paddock de dressage avec des guêtres, des protège-boulets et des cloches. Il peut aussi débarquer avec des bandes de polo, et là c’est le festival. Il en met souvent deux de chaque couleur, soit deux devant et deux derrière, soit deux par bipède diagonal. Et là, on se dit tous la même chose : est-ce qu’il va penser à les enlever avant de rentrer sur le carré ? Est-ce que quelqu’un va lui dire s’il oublie ? Est-ce que le jury sera sympa en le prévenant avant, au lieu de le laisser dérouler pour l’éliminer ensuite ? Suspense…

crédit photo: www.equidia.fr

  • Celui qui s’est gouré de concours

sauter la lisse de dressageCe cavalier là a vraiment vu double au moment de l’engagement… Il a déjà plein de protections, mais aussi un collier de chasse, une martingale, des étriers chaussés courts, pas de pions, un tapis de couleur… C’est sûr, il pensait venir faire un CSO ! On imagine sa déception. C’est sûrement pour ça qu’il termine éliminé, incapable de résister à la tentation de sauter la lice de dressage !

 

  • Celui qui ne trotte jamais assis

problème au trot assisCe cavalier aimerait réussir sa reprise, mais il est confronté à un problème de taille: il n’est pas du tout à l’aise au trot assis ! Dès qu’il s’assoit, il se raidit, il saute comme une crêpe, il perd ses étriers… Il choisit donc le trot enlevé pendant toute sa détente, tout en se disant que s’il arrive à s’asseoir correctement pour changer de bipède diagonal, il sera déjà content. Au moment de prendre le départ sur le carré, il fera le choix d’enlever les étriers de sa selle, histoire de ne pas perdre sa dignité… Et c’est parti pour une séance d’abdos impitoyable !

 

  • Celui qui en fait trop 

bon cavalier de dressageCa y est, on en tient un ! Un cavalier qui a compris les règles du paddock de dressage et qui ne s’est pas trompé de concours ! Il sait qu’il faut trotter assis, il connait sa reprise, il a natté son cheval et il n’a aucun équipement superflu. Euh, attendez. Selle de dressage à 4000 boules, bride scintillante, veste longue et chapeau ? Col à froufrous si c’est une femme et cravate si c’est un homme ? Pions du cheval et chignon de la cavalière mieux réalisés que par un coiffeur professionnel ? Pour une club 2 de dressage ? Pas de doute, là on a affaire à quelqu’un qui en fait trop. Entre ses pirouettes et ses appuyers, ce cavalier met tout le monde mal à l’aise, et c’est la frustration pour notre camarade qui peine tant à trotter assis.

 

Ce qu’on peut retenir du paddock de dressage, c’est que c’est un lieu de diversité ! Encore plus varié que le paddock de CSO, on y croise vraiment de tout. Et pour vous, comment se passent les concours de dressage ? C’est la panique, la honte ou la classe ? 

Un grand merci au commentaire de Sophie Schwarz qui nous a donné envie d’écrire cet article 


 

Free WordPress Themes, Free Android Games